• Séverine Coffinot Coach'In & Out

LA FAMEUSE TO-DO LIST : Revoyez vos urgences

Le quotidien des salariés est semé de moments pouvant générer du stress : manque de temps pour accomplir une tache, manque de moyens et casse-tête pour parvenir malgré tout à ses objectifs, les relations entre collègues , les attentes croissantes de l’employeur dans un contexte économique plus serré qui ne laisse pas ou peu de place aux débutants et aux erreurs ou lenteurs potentielles.


Et ces mails qui arrivent incessamment, avec ce pop-up qui s’affichent, et viennent nous rappeler la charge de travail qui reste à traiter, parfois avec une alarme sonore pour bien enfoncer le clou !


Et enfin, nous devons également mentionner les réunions, prévues ou non, utiles ou non, qui viennent manger notre temps et notre capacité à nous concentrer durablement. Comment faire un travail de qualité, approfondi, pertinent si nous sommes dérangés régulièrement physiquement et intellectuellement ?

Et si la personne manque de soutien moral, pour peu que l’ambiance au travail ne soit pas idéale, et on assiste à des désordres psychiques et physiques importants : désordre alimentaire, troubles du sommeil, addictions, problèmes de peau eczéma etc.


De nombreuses entreprises ont heureusement compris les enjeux de la gestion de ce stress professionnel et ont intégré la notion de QVT dans la gestion de leurs ressources humaines.

Comment diminuer ce stress, comment tout en restant efficace peut-on s’éviter ces épisodes nuisibles à long terme sur la santé ?


Je vous présente une des astuces pour retrouver un peu de sérénité et efficacité.


il s'agit de la to-do list. Bien sur, vous connaissez déja cet outil. Il permet de gérer sa charge mentale et s’assurer de ne rien oublier. Mais il est intéressant de creuser un peu son utilisation et sa construction.

dans un premier temps, il est bien de se poser la question : "Urgent, vraiment ?"


Il convient déjà de différencier l’urgence de l’urgence. Vous voyez bien ce que je veux dire : le collègue qui vient et qui dit en passant sa tête dans le bureau sans se soucier si on est intellectuellement disponible

« Tu as pu voir pour le dossier DURAND ? Le boss dit que c’est hyper urgent, les clients attendent le compte rendu pour hier. »


Ou ces réunions où un responsable haut placé vous explique son nouveau projet, à réaliser en temps record ( le fameux "c'était pour hier.."), avec très peu de détails opérationnels, mais il faut aller vite.


Et ce projet devient votre urgence car de gros enjeux politiques, économiques se jouent. Et il vient supplanter toutes les tâches de votre liste qui s'allonge.

Ces coups de rush font partie de la vie professionnelle mais attention à ne pas se laisser happer par les urgences … des autres.


Le plus souvent, nous concentrons notre attention sur les tâches urgentes – généralement liées aux objectifs de quelqu’un d’autre –, et avons tendance à faire passer les tâches importantes en second plan.

Pourtant, ce sont elles qui nous permettent de progresser dans notre vie professionnelle et personnelle.

Afin de hiérarchiser ses priorités, il faut faire la liste de nos tâches, mais pas une simple liste (aucun intérêt de lister), on peut utiliser la matrice Eisenhower, en classant vos tâches ainsi :

1er cadran : les tâches importantes et urgentes, à traiter en priorité. 2ème cadran : les tâches importantes non urgentes, à traiter rapidement. 3ème cadran : les tâches urgentes mais non importantes. Elles peuvent attendre, voire être déléguées. 4ème cadran : les tâches ni urgentes ni importantes. A abandonner !


Elle peut aussi être construite différemment.

Il est possible de construire sa to-do List à partir d’autres critères afin d’alterner les tâches en intelligence avec nos cycles naturels d’attention et de se déculpabiliser au maximum :

  • le plaisir ou le déplaisir procuré par la tâche ;

  • l’évaluation ou non par un supérieur hiérarchique ;

  • l’existence ou non d’une deadline ;

  • le fait d’être la seule personne de l’équipe à même d’effectuer la tâche ou non.


Il peut également être intéressant de décomposer les missions importantes en sous-tâches afin de diminuer la charge mentale.


Attention : la to-do List peut être un frein à la déconnexion. Le fait de constater en fin de journée que certaines tâches planifiées n’ont pas été réalisées peut être culpabilisant et empêcher de « débrancher » une fois arrivé à la maison.

C'est pour cela que je vous conseille de la rédiger le soir, avant de quitter le travail, plutôt que le matin.


Pensez aussi a prendre du temps pour vous, histoire de déconnecter quelques minutes pour mieux se concentrer par la suite .

Cela peut être tout simplement aller prendre l'air dehors, boire un café avec une collègue, prévoir un déjeuner avec une amie à l’extérieur, faire du sport entre midi et deux, un temps de lecture si vous aimez lire et vous évadez.

N’hésitez pas à inscrire ces moments dans votre agenda ou votre to-do list. Car rien n’est plus ennuyeux qu’une to-do list remplie qu’avec des devoirs, et vos droits alors ?




14 vues0 commentaire