• Séverine Coffinot Coach'In & Out

Coaching parental

QUAND LES PARENTS NE SONT PAS D ACCORD SUR L EDUCATION


LES ETIQUETTES LES RESSENTIS

Ces “petits désaccords du quotidien” sont fréquents. À la longue, on a vite fait d’étiqueter son conjoint de “trop ceci” ou “pas assez cela” : trop sévère, pas fiable, trop autoritaire, pas assez tendre, trop laxiste…

C’est le triangle “mon conjoint – mon enfant – moi” qui crée des étincelles en nous.

et si il n'y avait pas qu'une façon d'éduquer, et si nous pouvions être un couple, avec des socles communs mais des attentes, des règles, des contours de cadres un peu différents selon notre nature, notre éducation, nos valeurs.


Essayez de répondre à ces questions :

§ à quels comportements en particulier réagissez-vous ?

§ vous sentez-vous en empathie avec votre enfant ?

§ Que dirait l’enfant qui est encore en vous ? “Ne me crie pas dessus, tu me fais peur” ; “Laisse-moi un peu plus libre” ; “Ecoute-moi” ; “Fais-moi confiance, je suis grand”… ?

§ êtes-vous touchée par le comportement de votre conjoint vis-à-vis de vous ?

§ Comment vous sentez-vous ? déçue ? seule ? énervée ? impuissante ? bloquée ? vexée ? …

La prochaine fois qu’il/elle vous agace, rongez votre frein et prenez quelques heures, voire quelques jours, pour voir clair en vous. Ensuite vous pourrez lui en parler sans le pointer du doigt.

Apprenez à décrypter vos ressentis : une pointe d’agacement et de colère, sentiment d’injustice

Apprenez à comprendre pourquoi vous pensez faire bien en tenant bon,

en rappelant fermement le cadre que vous avez instauré.


Cette relation est perdant /perdant :

Manque d’autorité d’un côté

Manque d’empathie et de psychologie de l’autre.


Et la conséquence est catastrophique : créer au mieux des situations d’incompréhension

au pire des conflits ouverts devant les enfants.


Et ce n'est plus simplement une relation perdant/perdant mais un schéma du triple perdant!!!!

Et l'émotion qui s'invite, sans crier gare, est :

LA COLERE

or , la colère n’a pas à être une option.

ON CHOISIT d’être en colère, vous pouvez aussi choisir de ne pas l’être.

Vous pouvez résoudre vos problèmes de la même manière, voire mieux encore, sans faire parler votre colère.

EX les méthodes conscientes qui permettront d’anticiper votre colère, ainsi vous délaisserez peu à peu ce sentiment qui peut être très destructeur.

Étape n°1 : Reconnaître quand vous êtes en colère

Contrairement à ce que beaucoup pensent, la colère n’est pas limité qu’aux moments où vous perdez votre sang-froid et éclatez de rage.

La colère commence au moment où vous accumulez des émotions négatives à propos de quelque chose ou de quelqu’un. Plus vous vous sentez malheureux ou triste, et plus la colère boue à l’intérieur de vous… jusqu’à ce que le vase déborde et que vous ne pouvez plus retenir cette émotion plus longtemps.

Il y a différents stades à connaitre, à identifier :


· Niveau 0 : Sérénité. C’est un stade où la colère n’existe pas. Vous ressentez un sentiment de paix et d’apaisement.

· Niveau 1 : L’irritation. C’est le premier niveau de colère. Ici, vous pouvez ressentir un léger sentiment d’agacement, mais il reste répressible. (Si vous êtes très colérique, vous pouvez sauter ce niveau et passer directement aux niveaux 3, 4 ou 5).

· Niveau 2 : Frustration. C’est le point intermédiaire entre le léger agacement et la vraie colère (niveau 3). Vous êtes frustré et ça se voit. Il est plus difficile de nier votre frustration comparé au niveau 1.

· Niveau 3 : La colère. Votre frustration s’est accumulée au point où vous ressentez actuellement de la colère. Non seulement ça, mais votre frustration est telle qu’elle se manifeste maintenant physiologiquement. Vous pouvez sentir votre cœur battre plus vite et votre corps tout entier s’échauffer.

· Niveau 4 : Furieux. Un profond état de colère. Vous êtes bien énervé à ce point. Alors que vous vous sentez en colère, vous n’avez pas encore perdu le contrôle… pour l’instant. Vous êtes encore lucide et capable de contrôler vos actions mais pour longtemps, cependant. Un autre stimulus et vous êtes prêt à tout casser.

· Niveau 5 : La rage. Ça y est, vous avez perdu le contrôle ! Vous voyez rouge et rien ne peut vous empêcher de vous en prendre violemment aux autres. C’est l’état où vous dites et faites des choses que vous ne feriez normalement pas, dans un accès de colère.


Alors posez vous ces questions :

À quel niveau vous vous situez habituellement ? colère,

A quelle fréquence vous entrez dans chaque niveau ?

Quel est le plus haut niveau que vous avez atteint ?


Indépendamment de votre réponse à chacune des questions, vous devriez vous efforcer d’atteindre le niveau 0, parce que c’est notre état naturel d’être. Personne n’est né avec un esprit en colère.

La seule raison pour laquelle nous ressentons de l’irritation, de la frustration, colère ou rage dans notre for intérieur est soit :

- à cause du passé, des événements refoulés qui nous restent en travers la gorge ou

- une manière de penser erronée.


Étape n°2 : Sachez reconnaître vos déclencheurs de colère

Connaissez-vous vos déclencheurs de colère ? Savez-vous ce qui vous rend en colère ?

Et si vous preniez 2 minutes pour noter


ce qui Vous irrite ou vous frustrent

ce qui Vous rend furieux

ce qui Qui vous fait exploser


et observez au cours des heures et jours qui viennent quand cela se manifeste, qu 'est ce qui est à l'origine, qui , comment.

Certaines personnes ou situations qui peuvent vous mettre instantanément en colère, car elles sont contraires à vos valeurs.

Cela vous permet ainsi d’anticiper des situations qui vous mettraient hors de vous, en pouvant alors les traiter plus consciencieusement

Étape n°3: Creusez vos déclencheurs de colère

Après avoir réalisé votre liste de déclencheurs de colère, creusez chacun de ces déclencheurs pour découvrir leurs causes cachées.

Pourquoi cela vous a mis en colère, quelle est l'origine de cela.

est ce un événement passé ? une situation non résolue? une peur qui vient résonner en vous?



Étape n 4°: Liberez vous de la colère

Et maintenant, prenez le temps d'identifier ce que vous ressentez encore, pourquoi ce n'est pas réglé.

Quelles attentes n'ont pas été remplies à l'époque, quels besoins non exprimés, a qui vous en voulez ( a l'autre, a vous même ?)

Pourquoi est ce si important ?

Est ce une interprétation de votre part ou des faits avérés ?



La majorité de ces reproches sont le résultat d’une erreur dans votre façon de penser, ou bien que vous n’avez pas une vue d’ensemble concernant la situation. Lorsque vous découvrirez l’élément fautif dans votre réflexion, qui vous a conduit à penser cela, alors vous vous libérez rapidement de votre colère.

Étape n°5 : Cessez de générer de nouvelles colères (en vous libérant de vos attaches)


Et si vous preniez la décision d'arrêter d'être en colère, car au fond, la seule personne que vous finissez par blesser c 'est vous.


une fois libéré des colères du passé, il est en votre pouvoir de ne pas accumuler de nouvelles colères


Comment ?

Acceptez que les choses ne soient pas comme vous voulez, au moins à ce moment-là. Acceptez qu’il y ait des différences entre la réalité et ce que vous voulez.

et concentrez-vous sur la recherche, voire même la création, de solutions.


Une fois libre, plus léger, les conflits, les différents avec femme, enfant, mari retrouvent un aspect neutre, et l'on peut aisément mettre a distance l'émotion, et envisager des solutions, adaptées a chacun, acceptables pour la famille mais aussi respectueuses des différences des uns et des autres.


Et ainsi comprendre que éduquer ensemble ce n'est pas forcement éduquer pareil.


Alors ensemble redessiner un cadre, en faisant chacun le points sur vos valeurs, vos besoins et donner a chacun la place, la liberté qu'il mérite pour évoluer à la fois en groupe mais aussi en autonomie vers une éducation responsable, bienveillante.


C'est certainement là, la clé de l'autonomie.


0 vue0 commentaire