• Séverine Coffinot Coach'In & Out

BIEN SE CONNAITRE : GARANTIE D’UNE BONNE ORIENTATION OU RECONVERSION



C’est l’heure des choix, des salons virtuels (et oui, la crise sanitaire a aussi cette conséquence-là..), et se présente la question fatidique : quelles études seraient idéales pour mon enfant ?


Alors je vais commencer en bonne Coach par une question : qu’entendez-vous par études idéales ? Idéales en quoi ? Pour qui ? Et vous avez pu constater que ces questions, elles méritent d’être posées.


Quel est l’objectif exact ? Des études où votre enfant va s’éclater, faire ce qu’il aime, quitte à ce que le chemin soit un peu périlleux voire hasardeux ?

Ou bien des études plus « safe », rassurantes pour les parents, et peut être aussi pour l’enfant car ouvrant plus de possibilités.


Rien n’est bien ou moins bien, c’est juste qu’il faut être au clair et honnête avec ce que l’on vient chercher.

En tant que Coach je pose la question car ma démarche ne sera pas la même.


Si je travaille sur la sécurité, mes outils, mon questionnement seront tout autre que si je vais aller chercher avec mon jeune coaché ses valeurs, ses forces, ses besoins, et voir comment cela peut venir s’incarner dans ses études mais aussi et surtout dans son futur métier.


Cette première étape de sincérité est primordiale pour éviter de perdre du temps, de l’énergie.


Je vais vous parler de ce qui arrive le plus souvent : essayer de combiner les deux. Des parents viennent me voir avec ce double objectif en tête : trouver un métier qui a du sens pour leur enfant tout en favorisant un parcours assez sécurisé, où il y a du travail à la clé.

Alors comment faire pour identifier ce qui a du sens et de l’importance, ce qui est précieux pour votre enfant ?


Je vais creuser avec lui ses valeurs, ce qui le fait rêver, ce qui l’agace, le met en colère, les personnes qu’il admire, celles qui le rebutent ,, ce qu’il aime faire, ce à quoi il rêve, son idéal, bref je vais explorer tout ce qu’il y a à explorer afin de le ramener le plus possible dans l’équation du choix.


Puis je vais aller creuser un autre sujet, conscient ou non, les croyances. Identifier les petites voix : « je suis nul, ça ce n’est pas pour moi, ça j’adorerais mais c’est trop dur… »


Et nous allons travailler sur ces petites voix, et trouver comment les « ramollir », les désintensifier pour en faire seulement des alertes, des petits signaux mais qui n’empêchent pas d’avancer.


Ensuite, je vais aller puiser dans les forces, les talents, les ressources, celles d’aujourd’hui, d’hier, et celles de demain !


Puis nous allons aborder un sujet important : pas les notes, non, qui ne sont qu’un indicateur. Je parle des compétences, celles acquises lors d’expériences passées personnelles, sportives, scolaires et nous allons dresser un tableau de ces apprentissages, et en tirer des pistes pour l’avenir.

Et enfin, nous allons jouer au Jeu des verbes, car pas de résultats si pas de mise en action. Et verbaliser permet de lancer le mouvement. Vous voyez la différence entre :

« J’aime la pèche » et le verbe : attendre, me concentrer, définir une stratégie … pour attraper ma proie (sous-entendu pour arriver à mon objectif). Tout peut se transformer en action, il suffit d’aller au-delà des mots, des hobbies et en tirer, en filtrer l’action, la capacité qui se joue et qui est transposable au monde professionnel.


Cette personne sera certainement se concentrer, mettre en place des stratégies calmement, sereinement, saura également certainement travailler sur des sujets ou dossiers demandant de la patience, saura travailler en autonomie, etc.


Puis je travaille à l’aide d’un test qui aide également bien à visualiser les métiers mais au-delà de cela les environnements préférés de travail, ce que la personne doit absolument rechercher pour être équilibrée, ce qui au contraire la fait fuir ou la met en difficulté. Cette dernière étape sert à bien concrétiser tout ce projet d’accompagnement.

Ces séances de coaching d’orientation ne s’étalent pas sur des mois, ce n’est pas le principe du coaching et encore moins mon type d’accompagnent.

Mon accompagnement est centré sur mon client, bienveillant et efficace.

Quelques séances suffisaient, et surtout l’engagement du jeune coaché est primordial.

Alors oui, il est possible de concilier valeurs, alignement, et orientation. Le principal est de s’être posé les bonnes questions et le coach est là pour ça.


A très vite !

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout